Chambre des mines – A propos de l’industrie minière au Sénégal

Le sous-sol du Sénégal offre une grande diversité de substances minérales comprenant des métaux précieux (or et platinoïdes), des métaux de base (fer, cuivre, chrome, nickel), des minéraux industriels (phosphates, calcaires industriels, sels, barytine etc.) des minéraux lourds (zircon et titane), des pierres ornementales et matériaux de construction etc.

L’exploitation minière moderne au Sénégal, remonte à la période 1940 – 1950 avec l’ouverture de deux grandes mines de phosphate Taiba et Lam-Lam dans la région de Thiès, à 80 -100 km de la capitale Dakar.

L’exploitation de ces importants gisements de phosphates a contribué aux succès de l’économie sénégalaise depuis plusieurs décennies. A l’Est, au Nord et au Sud de ces gisements de Taïba, d’importants projets d’exploration de phosphates sont en cours dans les permis de Niakhene, Coki et Gossas.

Dans la partie Nord-Est du bassin, dans la région de Matam, a été confirmée depuis

1984, l’existence d’un important gisement de phosphates avec des réserves prouvées de l’ordre de 40 millions tonnes et un potentiel de plus de 100 millions de tonnes de phosphate de chaux de très grande qualité. Une partie de ce gisement est exploitée à l’échelle d’une petite usine de production de fertilisants naturels pour l’industrie agricole au Sénégal.

La confirmation de ces gisements et indices pourrait aboutir dans les années à venir à d’importantes découvertes qui pourraient atteindre 500 millions à 1 milliards de tonnes, dont l’exploitation placerait le Sénégal dans le Top Ten des producteurs de phosphates dans le monde.

Dans la zone de Thiès-Lam Lam, il existe d’importantes réserves de phosphates alumino-calciques (environ 80 millions de tonnes) valorisables, par calcination, dans les filières engrais, naturels et alimentation animale.